Logo de Buena Vista Rafting Buena Vista Rafting L'esprit sport et nature dans les gorges du Verdon

Difficulté :  facile

Le sentier des Siréniens

Au nord de Castellane, au sommet du col des Lèques, ce site paléontologique unique au monde permet d’admirer de nombreux fossiles d’os de siréniens. Il s’agit des restes d’animaux conservés dans les dépôts sédimentaires.

Dans le ravin de Tabori, le promeneur découvre un véritable cimetière marin vieux de 40 millions d’années. Le site des Siréniens fossiles contient plus de deux cents ossements de mammifères marins proches des dugongs actuels.

C’est un des sites les plus prestigieux de la Réserve naturelle géologique de Haute-Provence, qui l’a réaménagé en 2018 pour permettre sa protection et l’accueil du public. Un parking aménagé en 2020 à l’initiative de Département favorise son accessibilité aux visiteurs.

Pour découvrir le site :

Depuis le col des Lèques, l’itinéraire traverse tout d’abord des prairies, se prolonge dans une forêt de pins avant d’arriver au site aménagé des Siréniens, but de la randonnée.

Cette balade se fait en un petit aller-retour de 4kms. Comptez 1H30 de marche et environ 150m de dénivelé

Le hameau de Ville et la chapelle Notre Dame des Conches

Aller-retour d’1H30 de marche.
Petite balade facile à réaliser sur la commune de Demandolx.
depuis la RD 955 qui longe le lac de Castillon, prendre la route de Demandolx. Après quelques jolies courbes, vous verrez, sur votre gauche, le départ du chemin qui mène au hameau.
Pour vous repérer : Une barrière se trouve à l’entrée de la piste et un panneau indique « chemin de Ville ». Pas de panique si vous trouvez la barrière fermée, l’accès est libre, il suffit de la contourner.

La balade jusqu’au hameau ne présente aucune difficulté. Laissez autour de vous les premières maisons et grimpez jusqu’au pied du château en ruine qui surplombe le lac de Castillon. Vous y découvrirez une belle terrasse et un point de vue magnifique sur le lac, la vallée et le barrage. J’adore pique-niquer ici !

Il est possible de rentrer dans les ruines du château, mais attention aux ronces et surtout, à ne pas faire tomber de pierres. L’ouvrage n’est pas de première jeunesse…

Parmi vous certains profiteront sans doute du lieu pour faire une petite sieste, mais les curieux se laisseront tenter par 20 minutes de marche supplémentaire de manière à aller découvrir la petite chapelle de Notre Dame des Conches qui se situe juste après le petit col. Le sentier est balisé. Vous ne pourrez pas vous perdre. Il suffit de grimper 5 minutes pour atteindre le Col. De là, on aperçoit déjà la chapelle, au bout du chemin forestier. 10 petite minutes de marche suffisent à la rejoindre pour, là encore, profiter d’un paysage grandiose et se sentir seul au monde.

D’ici, on aperçoit, le lac de Castillon, le hameau de La Baume, les statues du Mandarom….

Cette chapelle, qui ne figure pas dans les listes médiévales, était probablement une annexe construite dans la cuvette de Couenches pour le service du cimetière dans un temps où l'église paroissiale, située dans le bourg castral, ne disposait pas de l'espace nécessaire aux inhumations. La fonction funéraire qu'elle a conservée jusqu'à la fin du 17e siècle est à l'origine de la tradition locale rapportée en 1708 par l'évêque Soanen, qui voit dans la chapelle l'ancienne église paroissiale de Demandolx, hypothèse que l'exiguïté du sanctuaire oblige à rejeter. L'édifice a peut-être été construit au 13e siècle et a subi de légers remaniements aux 17e et 18e siècles : le remplacement à l'ouest de l'ancienne porte par une arcade en plein cintre (aujourd'hui murée, jadis fermée par une claire-voie), le percement au sud de l'actuelle porte et de la fenêtre. Vendue comme bien national pendant la Révolution, la chapelle, aujourd'hui propriété privée, a été largement restaurée par quelques amoureux du site.
 

Le Sentier du Roc

Curiosité géologique de la vallée du Verdon, ce majestueux bloc calcaire semble protéger le village niché à son pied et domine la rivière du Verdon de près de 200 mètres. Classé site naturel, ce lieu abritait au Moyen Age, l’ancien village « Petra Castellana ». La chapelle Notre-Dame du Roc fut construite entre le 9ème et le 12ème siècle, elle-même sur les restes d’un édifice romain. De nombreux ex-voto témoignent aujourd’hui de toutes les prières exaucées.
Ce rocher fut fortifié et servi de refuge aux habitants de l’ancienne cité de « Salinoe » aux temps des invasions barbares. Devenue trop étroite pour la population, la ville s’agrandit au pied de la falaise, défendue par une enceinte qui rejoignait les défenses du rocher.

On mesure ici tout l’intérêt de la cité qui appuyait sa défense sur son rocher. La seule voie d’accès pour les routes des Alpes passait au pied de la falaise le long du torrent. La cité contrôlait tous les passages et bénéficiant largement de sa position stratégique. Les nombreux conflits et guerres de religion ont marqué le site.

De la place on peut voir sur la colline une tour pentagonale vestige de l’ancienne fortification. La Basilique Saint-Victor mérite aussi une visite. Aujourd’hui, l’association « Petra Castellana » contribue aux recherches historiques sur la commune. Sa mission première est de sauvegarder et de valoriser au maximum le patrimoine matériel et immatériel de Castellane et du Moyen Verdon.

Signe d’une histoire forte, ce lieu est accessible à tout le monde.

Le Roc, du haut de ses 180 m, vous offrira un panorama remarquable sur Castellane et le Verdon.

Et c’est parti !!!

Pour gravir cet édifice rocheux, il y a plusieurs options :

Débuter en face du parking St Michel, près de la caserne des pompiers de Castellane, monter tranquillement et longer les anciens remparts de la cité médiévale. On aperçoit un peu plus loin la Tour pentagonale.

Commencer au centre du village, sur la place de l'église. Le sentier plus abrupt ici, part à gauche de l'église du Sacré cœur.

Les deux sentiers se rejoignent ensuite aux alentours de la Tour pentagonale (tour à 5 côtés). Le chemin est empierré à l'image des voies romaines et parfois des marches en pierre se succèdent. Tout le long de votre ascension sur ce chemin de croix, vous croiserez 13 oratoires.

Sur la gauche, nichés un peu plus bas sur l'arrière du Roc, les ruines de l'ancien village de Petra Castellana…

Il faut 30 à 45 minutes pour grimper au sommet du Roc.

 En haut de cette falaise, perchée à 903 mètres d'altitude, se trouve la chapelle de Notre Dame du Roc qui est établie là depuis le début du 13ème siècle mais dont l'apparence actuelle ne date que de la fin du 19ème siècle. C'est au 15ème siècle que la chapelle est devenue un lieu de pèlerinage dont le plus spectaculaire se déroule toujours le soir du 14 août avec une veillée aux flambeaux.

De ce point de vue, surplombant Castellane et le Verdon, le panorama est saisissant et vous pourrez admirer également les sommets environnants (Teillon, Robion, Destourbes...) aidé par la table d'orientation.
Castellane vu d'en haut se dévoile et l'ancien tracé de la ville médiévale cerclée de ses remparts apparaît. On visualise également le débordement depuis le 19ème siècle de l'actuelle ville.

Pour le retour vous pouvez :

- soit faire le chemin en sens inverse, mais en bifurquant cette fois à l’intérieur des remparts pour rejoindre la Tour Pentagonale et redescendre par l’église St Victor,

- soit faire le tour du Roc c'est à dire redescendre jusqu'aux ruines et suivre les panneaux «Tour du Roc». Vous suivrez alors un ravin qui vous mènera près du Verdon et arriverez vers l'ancien pont romain au pied du Roc.

En chemin, vous pourrez apercevoir les « Jardins partagés » de Castellane, créés en 2022.
De retour sur Castellane, profitez-en pour flâner dans les ruelles aux façades colorées et poursuivez la balade.

Durée moyenne : 1h30

Altitude de départ : 725 m

Altitude arrivée : 903 m

https://medias.ccapv.fr/VisitesVirtuelles/Castellane_ChapelleNDDuRoc/

https://www.youtube.com/watch?v=cDX1V6xyNgQ
 

La Chapelle St Jean depuis le hameau de Chasteuil (Castellane)

Rv sur le parking à l’entrée de Chasteuil, très joli hameau de Castellane où les habitants sont bien sympathiques.
Chasteuil était déjà habité en 1304 avec 20 « population en feux » (foyers). Aujourd’hui, cela n’a pas beaucoup changé, à ceci près que les familles ne sont plus aussi nombreuses.
La balade commence par la traversée du hameau. Le chemin est tout tracé ; il s’agit du GR4, très beau sentier, facile d’accès.

Au printemps, de chaque côté des genêts au jaune éclatant entourent le sentier. Mais la balade est tout magnifique sous le blanc de l’hiver ou le rouge et or automnal.

Très rapidement nous apercevons les fameuses « Cadières de Brandis ».

En Provençal  «Cadières » signifient chaises, et c’est vrai que cette immense falaise en a vraiment l’aspect, ces énormes tours de dolomites ont bien la forme de sièges. Une prochaine rando sera l’occasion d’aller les découvrir de plus près.

Nous voilà arrivés au petit col d’où part le chemin de la chapelle « St Jean » cramponnée au rocher.

A voir absolument.
Selon les sources, la chapelle daterait du XIIème ou du XVIIIème siècle, et serait donc de style roman ou néo-roman. Elle a été restaurée en 2010 par une petite équipe de bénévoles qui a œuvré sous un soleil radieux et dans la bonne humeur afin de conserver un des fleurons de notre patrimoine.

Si les poutres, chevrons et tuiles ont été amenés par hélicoptère il leur a fallu porter les tuiles manquantes à dos d’homme …. pas facile et courageux…
Quoi qu’il en soit et encore une fois, depuis la Chapelle, c’est un bien joli spectacle qui s’offre à nous.

La balade aura déjà été très sympa et elle peut s’arrêter là. Il faut alors rebrousser chemin et revenir sur Chasteuil.

Ou,… elle peut encore continuer afin de rejoindre le hameau de Villars Brandis puis celui abandonné de Brandis.

https://static.apidae-tourisme.com/filestore/objets-touristiques/documents/101/110/12676709/cirkwi_Castellane-Brandis-fr-329987.pdf

 

 Difficulté: Moyenne

La chapelle Ste Trophime, chemin des toponymes

Petit point blanc accroché à la montagne de Robion, la chapelle Saint-Trophime est troglodyte. Accessible uniquement à pied par un sentier de randonnée assez raide, la chapelle Saint-Trophime offre une vue splendide. Elle date du XVIIIème siècle.

La chapelle Saint-Trophime est située au pied des barres de la montagne de Robion. Elle est accessible par un chemin abrupt qui démarre au hameau du Petit Robion sur Castellane. Aller-retour de 2 heures.
Construite pour partie sous l’encorbellement rocheux qui la surplombe, elle est de plan rectangulaire avec une orientation nord-sud, donnée par la roche. La chapelle se compose d’une nef unique avec un couvrement constitué pour moitié environ par la paroi rocheuse, l’autre moitié étant couverte d »un toit à un pan en tuiles creuses et tuiles creuses en couvre-joint. Le mur côté est prend directement appui sur la roche et la façade nord épouse la déclivité de la paroi, utilisant cette dernière pour constituer les emmarchements d’accès à la porte. Les murs visibles de la chapelle sont entièrement recouverts d’un enduit à la chaux. La façade en pignon comprend uniquement une porte en noyer présentant un effet de décor créé par des clous à grosses têtes et dont l’ouverture est en arc plein-cintre, sans encadrement.

L’intérieur de la chapelle est éclairé par deux baies étroites en plein cintre du côté est. Du côté ouest, un petit banc en maçonnerie de pierres a été aménagé. La roche abrite juste à côté, une source peu active. Dans le mur sud a été percé une petite niche carrée. Le sol de la chapelle est en roche et en terre ; les murs sont couverts de peintures murales.

Devant la chapelle, une petite terrasse ensoleilée permet de profiter de la vue qui s'offre à nous.

Cette balade, de difficulté moyenne, peut aussi se faire de manière beaucoup plus sportive en rejoignant le Chapelle via le sommet de Robion. Mais là...c'est une autre histoire...

 

Les Cadières de Brandis

Visible depuis la route des gorges du Verdon (la route reliant Castellane à La Palud sur Verdon), cet imposant massif calcaire dolomitique attire le regard. Ressemblant à l'enceinte d'un château fort, ces falaises perchées à 1500 m d'altitude invitent à la rêverie. En provençal, « Cadières » signifie « Chaises» car ces immenses roches ruiniformes peuvent aussi faire penser à un siège et "cadières de brandis" pourrait se traduire par "Chaises branlantes".

Formées de grandes cheminées perchées sur une crête comme la Grande Cadière et le Menhir, les Cadières de Brandis gardent l’entrée du Grand Canyon du Verdon tel un immense château féodal. Du haut de ces “Chaises” géantes, la vue s’étend sur le Verdon, la Montagne de Robion (1660 m), la Crête des Traversières (1700 m) et le Sommet du Pré Chauvin (1741 m). Cette curiosité géologique a donné son nom au massif parcouru à mi-pente par une ancienne route romaine, aujourd’hui chemin de grande randonnée (GR 4), reliant de vieux villages plus ou moins abandonnés : Brayal, Villars-Brandis, Brandis et Chasteuil. Il est possible d’atteindre les Cadières de Brandis depuis le village de Villars-Brandis (1000 m) mais également depuis le Col des Lèques (1146 m) plus simple et plus pratique pour le stationnement des véhicules.

La randonnée commence donc  pour nous au niveau du col des Lèques sur la route Napoléon ( Depuis Castellane, suivre la direction de Digne les Bains).
Depuis le parking situé en haut du col, traverser la route pour rejoindre la large piste forestière qui monte à travers les pins. A la première intersection, ne prenez pas à droite le chemin balisé vers Taulanne (chemin du retour), mais prenez le chemin de gauche. A la deuxième intersection, continuez l'ascension tout droit, ne descendez pas vers Castellane.

La piste est un peu longue, mais au bout, c’est vraiment fantastique. Alors, courage ! En haut de la montée nous arrivons sur la crête de la Colle Bernaiche et la vue s'ouvre sur un large panorama permettant de voir les sommets du Robion, du Teillon ainsi que le Verdon et Castellane en fond de vallée.

Continuez en direction du pylône relais radio, et empruntez le sentier plus étroit mais bien visible en direction des fameuses Cadières. Ce sentier s’articule au milieu de pentes parfois dégagées, parfois pierreuses et parsemées de lavande et sarriette et ce, jusqu'à un plateau recouvert à nouveau de pins.

Sur ce plateau, propice à l'observation de chamois, suivez le chemin jusqu'à un petit cairn (tas de pierres). Celui-ci vous indique un sentier à peine visible sur la gauche et se dirigeant vers le sommet des Cadières.
En longeant l'arrière de ce massif monolithique, vous pourrez voir les rochers délités et majestueux et laisser libre cours à votre imagination pour donner vie à ces formes sculptées par l'érosion.
Au sommet de ce magnifique promontoire de falaises à pic, vous pourrez goûter à cette sensation de vertige enivrante et aurez peut- être la chance d'y apercevoir quelques vautours planant aux alentours. Ici, la vue dégagée permet aussi de voir certains sommets du Mercantour comme le Cheval blanc et le mont Pelat (3051m) dans la vallée du Haut Verdon.

Pour poursuivre la randonnée, il faut rebrousser chemin et revenir jusqu'au cairn puis reprendre le chemin descendant dans le vallon et zigzaguant dans un gros chaos de blocs.
Vous rejoindrez ensuite un chemin en sous- bois qui ramène sur la piste de départ et finirez cette boucle au décor varié des étoiles plein les yeux.

Et si vous avez encore un peu d'énergie, vous pouvez faire, à la suite, le sentier des Sirénien qui démarre de l’autre côté de la route, là où vous avez garé votre véhicule. Cette nouvelle (et relativement facile) balade vous fera voyager dans le temps grâce à l'observation de fossiles de siréniens et autres mammifères marins. ( Descriptif plus haut)

Durée : 4h00
Longueur : boucle de 7,8 km
Difficulté : moyenne
Dénivelé positif : 416 mètres
Balisage : jaune (PR)

 

Article publié par le